RETOUR AU CATALOGUE

La Bricole

« Jour de malheur »
La Bricole
CD Digisleeve. Livret 20 pages.

 

15,00
Liste des plages
1 Jour de malheur - 3'17
2 Le rêve du marin - 4'37
3 La fille à Pothio - 4'05
4 En Algérie - 3'40
5 Trois princesses - 4'31
6 La traversée de la Manche - 3'11
7 A bord d'un vieux trois-mâts - 2'51
8 Le naufrage de la Ville du Hâvre - 4'17
9 Dins l'Burière - 3'05
10 Vive le vin - 3'27
11 Polka les Eperlecques - 2'37
12 C'est dans la ville de Bordeaux - 3'10
13 Donne un Zotch - 2'44
14 Partons la mer est belle - 4'37
Ref. AEPEM 20/01

Vincent Brusel (chant, mandoline) Olivier Catteau (accordéon diatonique, clarinette, chœurs) Julien Biget (bouzouki, guitare, chœurs)

CD Digipack. Livret 20 pages. Indication des sources et des paroles.
Traditionnel : Boulonnais (11 textes et 9 mélodies), Musique ancienne (1 titre).
Compositions : Henri Beaugrand et Francis Delbarre (1 texte), Hippolyte Bertrand (1 texte). Vincent Brusel (1 mélodie), Henri Christiné (1 mélodie), Adolphe et Louis Patoux (1 mélodie), Vincent Scotto (1 mélodie).

Durée 50'17

La Bricole chante le port de Boulogne-sur-Mer.

Les carnets de chansons laissés par le peuple modeste et rude des gens de mer débordent de vie. Des chansons de pêcheuses de crevettes, de pêcheurs de harengs et de dockers qui côtoient celles des aventures de forçats, de marins, de corsaires revenus de l’autre bout du monde.

Riches de ce magot pittoresque, les trois musiciens chanteurs inventent une musique portuaire où le patois boulonnais résonne des sons entendus aux Antilles ou au Maghreb lors du service national, chez le voisin anglais, complice de toutes les contrebandes, ou en Mer Noire, dans l’Océan Indien où l’on s’en allait chercher le jute, les minerais…

Jour de Malheur est une cargaison de quatorze de ces chansons réveillées par la mandoline, l’accordéon et le bouzouki.

 

Site du groupe : http://ocatteau.wixsite.com/labricole


Revue de presse et témoignages
Il est exceptionnel que je chronique un album après une unique écoute mais leur précédent CD était un de mes coups de cœur et, dès la première plage de celui-ci, avec la petite angoisse que l’on ressent toujours à la découverte d’un numéro 2 lorsque le numéro 1 était une réussite, la magie opère à nouveau… Avec en premier lieu naturellement la voix de Vincent Brusel dotée entre autres de cette faculté si peu souvent mise en avant lorsque l’on évoque les qualités vocales : celle de capter l’attention et de vous amener à suivre les textes, plage après plage. Une qualité essentielle ici compte-tenu de la qualité de ces extraits de vie chantés, de ces témoignages souvent poignants, de ce répertoire original (surtout au sein du domaine musical maritime traditionnel trop souvent limité au « chant de marins ») comportant bien des perles. Il faut préciser que le répertoire interprété nous vient du boulonnais et que nos musiciens ont visiblement sélectionné les chansons les plus réfractaires.
Autour de Vincent Brusel, l’accordéon diatonique d’Olivier Catteau et la guitare ou le bouzouki de Julien Biget, qui tous deux (1) apportent des couleurs qui transforment ces récits maritimes qui pourraient n’être que documentaires en de véritables petits courts métrages… Des accompagnements qui ne cherchent pas à faire ancien ou authentique mais qui mettent plutôt en avant l’intemporalité de la condition humaine. Et naturellement tout cela avec une technique irréprochable : lorsqu’Olivier laisse son soufflet pour emboucher une clarinette, le résultat fait envie à bien des souffleurs de vent… Et tout cela servi par une prise de son et un mixage irréprochables qui réussissent le difficile paradoxe de placer le chanteur en avant sans pour autant reléguer les instruments en arrière ce qui permet de profiter des paroles, de l’ensemble et de chacun. Ajoutons, comme à l’accoutumée chez AEPEM, un livret fourni et documenté, de belles illustrations et mise en page de la violoniste Margaux Lienard… J’ai beau chercher : pas une ombre au tableau…

(1) ainsi que trois invités : le violon de Marc Gosselin, le cor de David Foiche et les percussions de Jessy Adjaoud.

Jean-Luc Matte
http://musette.free.fr/cdcites9.htm#bricole