RETOUR AU CATALOGUE

Clica Drona

« Musica de Gasconha »
CD Digipack. Livret 4 pages.

12,00 7,00
Liste des plages
1- Drone gascon
2- Coisinièr / Trilha. Seguida de Rondèus. (Rondeaux)
3- Suu Nòs Taulèr. Valse.
4- Seguida de Pòlcas (Polkas)
5- Power Snake. Scottish.
6- Pas de Quatre.
7- Quan Hèn L'amor. Rondèu (Rondeau)
8- L’aulhada. Branle.
9- Còrna de Boei. Congò (Congo)
10- Lo Bordon. Borreia. (Bourrée)
11. Drònesca. Scottish.
12. A Bordèu. Rondèu. (Rondeau)
Ref. AEPEM 13/03

Daniel Detammaecker : Toun-toun électro-acoustique, voix, bendir, trucanètas, objets sonores.
Bastien Fontanille : Vielle à roue électro-acoustique , voix, percussions, objets sonores.
Adeline Quentin : Accordéon diatonique, violon, voix, objets sonores.
Adrien Villeneuve : Boha (cornemuse de Gascogne), voix, flûte à trois trous, objets sonores.

CD Digipack. Livret 4 pages. Indications des sources.
Traditionnel : Gascogne, Béarn, Rouergue, Quercy (10 titres).
Compositions : Adrien Villeneuve (3 titres), Bastien Fontanille (2 titres), Clica Dròna (1 titre)

Durée 49'13

« Fruit de la rencontre inéluctable de jeunes musiciens danseurs de la région toulousaine : voix, vielle, boha, violon, accordéon, tountoun… La Clica Dròna balance et fait sonner le bourdon.
Expérimentation d’une musique à danser ancrée, tantôt sauvage ou apprivoisée, elle évolue sur les pas des passeurs gascons engagés. »
Clica Dròna


Site internet clicadrona.wix.com


Revue de presse et témoignages
Ces musiciens ont la cadence
Voici un groupe gascon dont c'est le premier album mais dont les musiciens disposent déjà de bonnes références, notamment si l'on s'en réfère aux résultats des concours du Château d'Ars : une version trio de l'ensemble a remporté le concours en petites formations en 2012, Adrien Villeneuve avait par ailleurs remporté le premier prix cornemuse en 2010 et Bastien Fontanille en vielle en 2012. Daniel Detammaecker a déjà fait ses preuves dans de nombreuses circonstances et on se souvient du duo Lamzé avec Clémence Cognet. La quatrième musicienne est la périgourdine Adeline Quentin, au diato principalement (titulaire du D.E.M., elle enseigne cet instrument sur Toulouse), mais également au violon. Je passerai sur quelques intros et autres petits passages dans l'air du temps (c'est à dire qui seront datés d'ici quelque-temps) pour ne parler que de l'interprétation de ces traditionnels (plus d'un tiers compositions tout de même, malgré le fait que l'on soit chez AEPEM...), dont certains sont de vrais standards : pas forcément évident de reprendre la fameuse Polka de l'Aveyron de Gabriel Valse, mais n'oublions pas qu'une génération est passée depuis... Dès le premier rondeau il est évident que ces musiciens ont la cadence et que demander de plus sur ce type de répertoire ? D'ailleurs il ne craignent pas de jouer à l'unisson. Par contre sur les deux plages chantées, sud-ouest oblige, c'est naturellement en polyphonie que cela se passe. Mais oserais-je dire que, sur ce CD, j'ai un coup de coeur pour le tun-tun, fort bien rendu par la prise de son et qui joue bien avec les rythmes sur l'une des plages....
Jean-Luc Matte, musette.free.fr/infos.htm

Un premier album intense et brûlante
Voila un premier album intense et brûlant. Adeline Quentin (voix, accordéon diatonique, violon), Dani Detammaecker (voix, percussions), Bastien Fontanille (voix, vielle à roue électroacoustique, percussions) et Adrien Villeneuve (voix, boha, flûte à 3 trous) nous transportent, au plein sens du terme, dans une Gascogne réinventée dans laquelle la musique traditionnelle se conjugue au présent, aux sons de leurs instruments, de leurs voix et de multiples objets sonores qu'ils agencent à loisir. Le disque est composé, pour moitié environ, de chants et danses puisés dans des collectages locaux ainsi que dans les répertoires de Perlinpinpin Folc ou Joan Francés Tisnèr, et pour le reste de leurs propres compositions. Les arrangements très soignés, parfois presque contemporains, demeurent très respectueux de leurs sources, toujours citées. L'ensemble, très dense, alterne de longues plages qui, pour certaines, confinent à la transe, avec d'autres, plus courtes frôlant l'incandescence. Un bel album, très enlevé.
François Saddi, Trad Magazine n° 153, janvier-février 2014.

Une musique tribale, très dansante
Une musique tribale, très dansante, parfois un brin inquiétante avec ses percussions graves, ses bourdons, ses cris et le timbre particulier de la boha, la cornemuse des Landes de Gascogne. Les quatre musiciens-chanteurs font appel à un arsenal de sonorités (parmi leurs instruments figurent d'ailleurs des "objets sonores" non autrement précisés) pour faire écouter autant que danser des rondeaux, polkas, scottishs, valses, congos, branles d'Ossau et bourrées sur une rythmique électro-acoustique puissante, même agressive par moments. Moitié traditionnels et moitié compositions, mélange d'instrumentaux et de chants polyphoniques ou non, ce bal folk moderne ne laissera personne indifférent. On ne peut que saluer l'inventivité de Bastien Fontanille (vielle à roue électro-acoustique, voix, percussions), Adeline Quentin (accordéon diatonique, violon, Marc Bauduin, Le canard folk, novembre 2013.