RETOUR AU CATALOGUE

Les Poufs à Cordes

“La trotteuse
Musique traditionnelle d’Auvergne et du Limousin”
CD Digifile 3 volets.
Épuisé en format CD !
Disponible en téléchargement, fichiers sons (mp3)
et livret complet (pdf).

Liste des plages
1) Sei pas facha de ma jounessa / Bourrée du merle. Bourrées.
2) Marche de noce / Lo cosin. Marches.
3) 2ème menuet de la suite n°1 pour violon seul / Valse à Noëllie. Menuet / Valse.
4) Pas piqué. / Les Furcides. Polkas.
5) Suite de Tant-Pire. Bourrées.
6) Valse à Chabrier. Valse.
7) Suite de marches de noces pour Wilton. Marches.
8) Mariton. Mazurka.
9) Tant Pire. Bourrée.
10) Pourquoi sur mon chemin / Brouillard corrézien. Valses.
11) Suite de sautières. Sautières.
12) I éron al liech / La Crouzade. Bourrées.
13) Mazurké. Mazurka.
14) La trotteuse. Valse.
15) Bourrée coulée / La Courbiase / Chapeau de paille. Bourrées.
Ref. AEPEM 13/05

Noëllie Nioulou : violon, violoncelle
Clémence Cognet : violon, pieds
Invités : Daniel Detammaecker : harmonica, chant, tambourin à cordes
Julien Padovani : accordéon chromatique

CD Digifile 3 volets. Indications des sources.
Traditionnel : Auvergne, Limousin (23 titres).
Compositions : Philippe Ancelin, 1 titre, Jean-Sébastien Bach, 1 titre, Olivier Durif, 1 titre, Michel Nioulou, 2 titres, Noëllie Nioulou, 1 titre.

Durée 59’51

« Noëllie et Clémence : deux jeunes grands talents, déjà bien connues dans le milieu des musiques traditionnelles. Elles jouent un répertoire de danse essentiellement recueilli il y a déjà longtemps auprès de vieux violoneux d’Auvergne et du Limousin : une très belle rencontre au-delà des générations, dans un même amour d’un style et d’une cadence remarquables. »
AEPEM


Site internet facebook.com/pages/Les-Poufs


Revue de presse et témoignages
Voilà un album que l'on attendait depuis un certain temps déjà.

Voilà un album que l'on attendait depuis un certain temps déjà, personnellement depuis que j'ai su que ce duo avait remporté le concours des rencontres du château d'Ars en xxxx et que je n'avais pas eu l'occasion d'entendre cela en direct. Vous devez savoir que j'ai un faible pour le violoncelle, surtout lorsqu'il intervient en musique traditionnelle (voir la page consacrée à la discographie trad. de cet instrument). Mais Clémence Cognet a d'abord produit un album dans le cadre d'un autre duo, histoire de nous faire un peu patienter. C'est donc avec une certaine avidité que j'ai enfin mis ce CD dans la platine, dans l'espoir d'une version auvergnate du duo Fraser-Haas et, petite déception, il débute par un plus habituel duo de violons. Fort heureusement celui-ci se situe dans la droite ligne d'albums d'autres duos dont je vous ai entretenu dans l'année (Durif-Champeval, Ancelin-Fey, et, pour partie Declercq- Liénard). Noëllie Nioulou passe à l'archet supérieur à la plage suivante et ce n'est, heureusement pas la seule, dans des parties souvent parallèles à celle du violon C'est une solution simple en théorie, qui demande toutefois une certaine dextérité sur cet instrument plus grave et, qui, en tout cas, se montre efficace. Mais les arrangements du duo sont tout de même parfois plus audacieux, notamment sur les deux versions de Tant pire qui semblent bien les inspirer, avec un violon et un violoncelle qui s'échangent parfois les rôles d'accompagnant et d'accompagné.
Deux invités s'immiscent discrètement sur l'album. Si j'écris discrètement c'est que je ne les ai pas entendu venir et soudain je me suis rendu compte de leur présence, juste avant qu'ils ne viennent occuper le premier plan quelques instant, à l'harmonica pour D. Detammaecker (au chant et tun-tun également) ainsi que J. Padovani à l'accordéon.
Et puis, décidément, après la lecture du livre d'Eric Montbel sur les chabrettes et la nouvelle version du CD de Noëls limousins des Daviau, même ces deux jeunes me provoquent sur la corde de la nostalgie en enregistrant "Brouillard corrézien", une composition d'Olivier Durif que jouait le Grand Rouge à la fin de son épopée et qu'il n'a jamais enregistrée (à quand un enregistrement de "La tempête" d'Eric Montbel ?)
Nota : Pour une fois chez AEPEM, le livret ne détaille pas les références des sources plage par plage mais également donne les référence d'albums où l'ont peut écouter les musiciens collectés qui nous ont transmis ces airs (L. Peyrat, A. Gatignol, A. Chabrier, J. Perrier, H Tournadre pour ce citer que les plus connus, A. Bouscatel également mais là ce n'est plus du collectage). Mais certains airs proviennent de collectes inédites...
Jean-Luc Matte, musette.free.fr/infos.htm, septembre 2014

Une énergie, une cadence et une sensibilité remarquables.

Si le couple violon & violoncelle nous est familier, l'image qu'il génère nous renvoie plutôt à la musique classique. Dans le domaine des répertoires traditionnels, l'association est moins fréquente. On découvrira donc avec d'autant plus d'intérêt le projet des Poufs à Cordes, fruit de la rencontre entre deux jeunes femmes déjà bien connues dans le « milieu » : d'une part, Clémence Cognet, dont le parcours trouve son origine dans la pépinière des Brayauds (Komred...) ; et d'autre part, Noëllie Nioulou, qui officie par ailleurs dans l'ensemble Bal Mus'Art (répertoire des bals des salons bourgeois parisiens fin dix-neuvième et début du vingtième siècle). Voila une belle passerelle intergénérationnelle entre la jeunesse des interprètes et ceux, violoneux d'Auvergne et du Limousin, auprès de qui furent recueillies il y a quelque temps déjà, l'essentiel des mélodies proposées ici. Par le choix de leur répertoire (bourrées, mazurkas, valses, polkas et autre sautière), ces dames nous mènent vers les terres musicalement généreuses de l'Artense, de la Corrèze, du Cézalier et du Cantal, pour y croiser les bien beaux coups d'archet des sieurs Gatignol, Peyral, Tournadre, Mouret, Bouscatel, Savignat, Chabrier (pour n'en citer que quelques-uns). À partir de ce patrimoine se concocte une gerbe de titres surtout issus de la tradition, complété de quelques compositions dont l'interprétation - bâtie sur une belle complémentarité instrumentale, en particulier dans l'alternance des rôles entre la tenue des lignes mélodiques et celles de l'accompagnement est particulièrement réussie. Daniel Detammaecker (harmonica, chant, tambourin a cordes) et Julien Padovani (accordéon chromatique) apportent leur contribution à cette nouvelle production de l’AEPE.M. Clémence (violon, pieds) et Noëllie (violoncelle, violon) expriment une énergie, une cadence et une sensibilité remarquables, attestant de l'indéniable réussite d'une démarche au service de la danse, dans le respect des origines et pratiques culturelles qui l'ont inspirée.
Alain Bormann, Trad Magazine n°155, mai-juin 2014

Un talentueux duo
L’AEPEM (Association d'Étude, de Promotion et d'Enseignement des Musiques Traditionnelles des Pays de France) est un de ces petits labels courageux qui continue d’exister et de produire des disques et livrets de musiciens de talent.
Les CD sont consacrés en particulier aux musiques du centre et du sud-ouest (du Berry au Bourbonnais en passant par le Morvan, le Nivernais, le Béarn, le Périgord, le Languedoc, et la Gascogne) et se distinguent par un répertoire puisé « pour l’essentiel dans la masse des chansons et danses recueillies par les folkloristes des XIX° et XX° siècles ».
Les deux dernières nouveautés sont dédiées aux musiques d’Auvergne et du Limousin.
D’abord avec le talentueux duo LES POUFS A CORDES, soit Noëllie NIOULOU (violon, violoncelle) et Clémence COGNET (violon, pieds) et leurs invités Daniel DETAMMAECKER (harmonica, chant, tambourin à cordes) et Julien PADOVANI (accordéon chromatique). Les 15 titres sont essentiellement des danses (bourrées, marches, polkas, mazurkas, valses, sautières) collectées il y a longtemps auprès de musiciens traditionnels des régions d’Artense, de Corrèze, du massif du Cézallier et du Cantal. On peut entendre aussi quelques compositions originales et une reprise « trad » du 2e Menuet de la Suite n°1 pour violon seul de Jean-Sébastien BACH.
Frantz-Minh Raimbourg, www.rythmes-croises.org/ethnotempos

A wonderfully visceral sound
Violin and cello is not a common combination in the traditional music of the Auvergne and Limousin regions, but these two French musicians manage to sound like the more familiar bagpipes and hurdy-gurdy, as well as bringing their own unique character to these old tunes. Violin duets, violin and cello, and foot percussion make a surprisingly full sound. Two guests add variety on a few tracks, with accordion, harmonica and vocals, but most of La Trotteuse is down to Clémence Cognet and Noëllie Nioulou. Ms Nioulou also provides one of her own compositions here, a powerful twisting bourrée in triple time.
Bourrées, polkas, mazurkas, marches and waltzes: these are the typical dance forms of central France. Cognet and Nioulou power through them in an energetic earthy style, with Nioulou's cello doing as much work as Cognet's fiddle, and both instruments grinding out the low notes for a wonderfully visceral sound. Valse à Charrier and the mazurka Mariton are among my favourites on this CD, driving rhythms and great melodies with a dark core which is more like the music of Scandinavia than France. These two pieces, and several others here, come from the playing of Artense fiddlers Antonin Charrier and Alfred Mouret: there is a detailed list of sources on the CD sleeve.
Almost none of the material here is familiar to me. Les Poufs à Cordes have drawn on old discs and unpublished recordings, finding tunes from old musicians, and one or two more modern pieces. The suite of sautières is a definite highlight, quite unlike the other tracks, reminiscent of an Irish polka. I Eron al Liech brings vocals which are almost Gregorian, a piece with a medieval feel, and one of several with titles in old dialect. The title track is much more modern in tone, a waltz approaching Parisian café music, especially when the accordion comes in. There's no shortage of variety on La Trotteuse, with even a Bach minuet to show off the virtuosity of this duo. The final track returns to the familiar bourrées, but still only hints at melodies I know. Cognet and Nioulou have unearthed a great hoard of tunes, and play them beautifully on this album.
Alex Monaghan, www.folkworld.eu