RETOUR AU CATALOGUE

Duo Artense 3

 » Per dançar »
Musiques d’Auvergne et du Limousin
CD Digifile 2 volets, livret 12 pages, indication des sources.

15,00
Liste des plages
1. Bourrée à Chamberet / La bala que tirava / Maridan l’ainada 3’29
2. Marche des géants / Nuits de Chine / Marche de la mariée 5’07
3. La reine des prés / Nany 6’11
4. Deux bourrées à Fenou 3’37
5. Covomieux / Scottish du Lamalou ? 4’18
6. Per dançar / Polka à Michel Péchadre 4’38
7. Le Tourniquet 2’45
8. Tusto barto / Ierma 5’02
9. Le printemps est venu / La bruna la rossèla / Bourrée à Jules Boyer 7’15
10. Mazurkas à Tournadre / à Gatignol 5’03
11. Pendant la messe / Bota lo chat cueire 4’31
12. Valse à Chastagnol / Ieu n’aime lo diable 5’13
Ref. AEPEM 21/04

Basile Brémaud : violons, chant
Hervé Capel : accordéon.

CD Digifile 2 volets, livret 12 pages, indication des sources.
Traditionnel : Auvergne (13 titres), Limousin (6 titres).
Compositions : Basile Brémaud (1 titre), Hervé Capel (2 titres), Martin Cayla - Dommel (1 titre), Thibault Chaumeil (1 titre), Joseph Colombo (1 titre),  Pierre Ladonne (1 titre).

Durée 57'07'

Et voici la 3e galette de ce duo très fameux ! Leur second ouvrage était un enregistrement sur le vif, en bal chez les Brayauds. Cette fois, les voilà de retour en studio. Mais, de même qu’alors, à part les bruits de fond du bal, on aurait eu bien du mal à deviner les conditions d’enregistrement de « Sur le vif », inversement ici, à part l’absence de ces bruits, et quelques petites astuces de montage, qui croirait au cocon de la salle d’enregistrement ? On les voit jouer derrière les hauts-parleurs ! Ces deux-là ne cesseront jamais de nous étonner, tant leur immense talent sait résolument – et humblement – rester au service de la musique qu’ils jouent : la musique traditionnelle du plateau de l’Artense, à laquelle ils ajoutent, comme à leur habitude, une touche de « néo-folklore » auvergnat des années 50 ainsi que, et c’est nouveau, quelques compositions de leur cru. Mais écoutez donc ce CD les yeux fermés : non seulement vous les verrez jouer, mais pour ce qui est de différencier les airs trad. de leurs compos, gageons que vous n’y verrez que du feu !

AEPEM