RETOUR AU CATALOGUE

Philippe « Rando » Randonneix

« Un tot Pitit Bocin
Chabrette, Limousin »
CD boitier cristal. Livret 4 pages.

12,00 7,00
Liste des plages
1. Scottish - Dans un pré comme dans un bois
2. Valse - A St Pardoux, petit coeur doux
3. Mazurkas - Lo retorn / Lo tiston
4. Air - Auvis diu
5. Scottish - Bavarde
6. Valses - Las drollas d'a cluzan / P'tita Màrie
7. Bourrées - N'ai mon chapel de palha / L'as-tu enguera
8. Polkas piquées - Ton chien belle bergère / De Naillat
9. Air - Auvetz, pastorelons
10. Valse - La fermetur' éclair
11. Scottish - Lo camin de fer
12. Bourrées - De Antonin Chabrier / De Jean Chabaud
13. Scottish-valse - Allons donc, jeunes fillettes
14. Sautières - Sautatz vautras jounas filhas / Tu l'as pas totjorn gardat / L'an tot pitit quelas paubras drôllas
15. Valses - De Jagondi
16. Mazurka - Murmures
17. Bourrées à 2 temps - Branle à six / Alons los vieus
18. Bourrées - Las drollas dau Lonzac / Lo chapel de palha
19. Polka piquée - In tot pitit bocin
Ref. AEPEM 06/01

Philippe Randonneix : chabrettes.
Invités : Laurent Boithias (vielle à roue), Hervé Capel (accordéon chromatique), Bernard Chaulet (accordéon diatonique), Nathalie Daviau (harmonium), Olivier Daviau (harmonium), Françoise Etay (chant) Alexandra Lacouchie (violon, chant), Hugues Lauliac (banjo), Pauline Randonneix (chant), Gilles Ratier (accordéon chromatique), Magali Urroz (accordéons diatoniques, chant), Mireille Verdier-Sage (chant)

CD boitier cristal. Livret 4 pages, indication des provenances.
Traditionnel : Limousin.
Compositions : Gwenaël Finkel, Guillaume Maury, Jan dau Melhau.


Durée 60'13

La chabrette a rencontré sur les chemins du Limousin et d’ailleurs, les accordéons diatoniques et chromatiques, le violon, le chant, l’harmonium et même le banjo et la vielle. Avec eux, même si elle joue parfois des airs à écouter, c’est bien pour faire danser qu’elle se fait le mieux entendre
Extrait du livret


Site internet http://untotpititbocin.free.fr/


Revue de presse et témoignages
Une petite merveille
La chabrette limousine, douce cornemuse à soufflet, libère son charme sous les doigts de Ph. R., pour le plus grand plaisir des danseurs. Des scottishes, des valses, des bourrées, des polkas piquées, des mazurkas, toutes très jolies, élégantes et bien rythmées. Deux airs lents également (…) dont l'un est joliment introduit à l'harmonium. C'est que Ph. R. a invité une douzaine de musiciens ou chanteurs, qui l'accompagnent successivement ; accordéons diatoniques et chromatiques, vielle, violon, harmonium, banjo et chant se partagent l'honneur de jouer avec la chabrette. Ces formules en solo, duo ou trio ont le mérite d'une simplicité diantrement efficace. Cela permet aussi de danser en appréciant aisément les ornementations variées de Ph. R., qui se compliquent à mesure que le temps passe, et qui font parfois un clin d'œil à la Higland pipe. Une petite merveille.
Marc Bauduin, Le Canard Folk, Belgique, mars 2006

A déguster d'urgence
Vous avec dit « chabrette »,… c'est une erreur ? … Eh non ! Ne la confondez pas avec sa consoeur auvergnate qui en aspirant le H a failli la faire disparaître. La chabrette est une cornemuse capricieuse qui sonne une juste dissonance. Toujours limite, ce qui oblige le chabrettaire à une belle dextérité. Ph. R. fait partie de ceux qui ont oeuvré pour que cette chabrette remonte sur scène. Le premier à l'avoir, en Limousin, enseigné. Il mérite indéniablement aujourd'hui le nom de maître à l'égal d'un Eric Montbel. Sa chabrette est pleine de couleur mais diffuse aussi un son « terroir », ce qui nous donne un subtil mariage entre collectage, folklore et folk. Pour cet enregistrement, Philippe a fait appel à de nombreux musiciens ce qui évite le côté quelquefois austère du disque solo et lui donne plus de vie. A déguster d'urgence.
Thierry Laplaud, Trad magazine, juillet-août 2006

Ce qui donne du souffle au chabretaire Philippe Randonneix, c'est de faire danser.
Ce qui donne du souffle au chabretaire Ph. R., c'est de faire danser. Il est l'auteur d'un disque de ces mazurkas, polkas et valses traditionnelles qui invitent à la danse : « Un tot pitit bocin » (en occitan, un tout petit morceau) (…). (…) L'organisateur des Rencontres de Ligoure, professeur de chabrette au département des Musiques Traditionnelles du Conservatoire de Limoges pendant 13 ans, et musicien du groupe Couleur chabrette, signe avec ce disque un engagement personnel en même temps qu'une invitation à découvrir la valeur d'un instrument plus complexe qu'il y paraît. (…).
L'Echo du Centre, 8 février 2006

Une des références en matière de chabrette
Philippe Randonneix, une des références en matière de chabrette, a organisé durant dix années les Rencontres de Ligoure. (…) c'est avant tout la danse qu'il veut sertvir avec sa cornemuse. Il a côtoyé les trois derniers chabretaires de routine, Louis Jarraud, André Pangaud et Camillou Gavinet (…). Il se définit comme un artisan qui cherche à faire connaître les sons de cette cornemuse si singulière, avec un moyen tout simple : les airs à danser. (…) Si à la première écoute le CD paraît hétéroclite, chaque plage permet de découvrir les possibilités de la chabrette et le jeu sobre de Ph. R. Mais de ces associations d'instruments, c'est la complémentarité avec le violon qui ressort. Il suffit d'écouter deux scottishs et quatre bourrées issues de collectages auprès de violoneux.
Le disque charme aussi par le répertoire, comme cet enchaînement de bourrées pour trois chabrettes, une scottish-valse (Allons donc, fillettes), une mazurka lente (Murmures) vraiment superbe. (…).
Christian Suc, Centre France, magazine, 8 janvier 2006

Un style de jeu simple mais efficace, avec une technique bien présente mais jamais mise en avant
Philippe Randonneix fait partie de ces musiciens qui cultivent avant tout leur petit jardin musical en privilégiant le jeu soliste à la pratique de groupe. Si son expérience de professeur de chabrette au Conservatoire de Limoges l'avait forcément amené à pratiquer et à faire pratiquer la musique en ensemble (cf les CD du CNR "Marion quand t'aimava " ou " Couleur Chabrette "), on sent bien que c'est ce type de projet plus personnel qu'il préfère. Cela ne traduit pas pour autant un caractère irréductiblement solitaire puisque pas moins de 12 musiciens et chanteurs l'accompagnent tour à tour au fil des morceaux. Certaines plages sont, tout de même, assurées en pur solo (si l'on peut dire puisqu'il y a toujours ses deux pieds qui accompagnent la chabrette…). Ces invités qui interviennent sur une ou deux plages sont ses amis, mais également d'excellents musiciens et l'on retrouve avec plaisir Françoise Etay sur une chanson dans l'esprit de " Rue de la Mauvandière ", Alexandra Lacouchie et Magali Urroz de " Lo solelh de las lebres ", Olivier et Nathalie Daviau à l'harmonium (ce qui nous rappelle quelque ancienne cassette…), Hervé Capel au style aisément reconnaissable etc… Pas d'invité chabretaire annoncé mais une plage est tout de même jouée à trois chabrettes…
Le style de jeu de Philippe est simple mais efficace, avec une technique bien présente mais jamais mise en avant. Il recherche avant tout à assurer sonorité et cadence et se montre sobre dans ses variations qui demeurent au niveau de l'ornementation, jamais de la mélodie, ce qui n'est pas forcément pour déplaire aux danseurs. Quant aux simples auditeurs ils devraient avoir rapidement les pieds qui les démangent… Car, ce CD est essentiellement à danser, sur un répertoire bien limousin (du répertoire jadis interprété par des chabrettaires naturellement, mais, surtout, de celui des violoneux corréziens…). Pas mal de morceaux sont tirés du recueil de Françoise Etay " Ai vist lo lop, etc. ". Viennent s'y intercaler discrètement deux compositions de Jan de Melhau et deux de Gwénaël Finkel dont une mazurka comme je les aime tant dans la mélodie que dans la cadence qu'y met Philippe.
Jean-Luc Matte, Infos Mumuses, 22 février 2006.http://musette.free.fr/chroniqsom.htm