RETOUR AU CATALOGUE

Mélodies en sous sol

« Musique traditionnelle des grandes cornemuses du Centre France »
Double CD Digifile. Livret 32 pages.

20,00
Liste des plages
CD 1
1- Salve Regina. Philippe Prieur.
2- La prise de Mantoue / Réveillez-vous belle endormie. Fabrice Lenormand & Ivan Karvaix.
3- Voici le jour du fils de Dieu / Le rendez-vous de la nuit. Fabrice Lenormand.
4- La charmante Angélique. Julien Barbances.
5- Mazurka du Feurlot. Gilles Desserprit & Pascal Desbrosses.
6- Bonsa le zeune felye / Elle a d'l'entendement la bique. Dominique Meunier.
7- Impatiente à la veille de ses noces / La rusée bergère et le cavalier. Boris Trouplin.
8- Je viens à votre école / Le retour du soldat de Napoléon. Bernard & Jean-Claude Blanc.
9- Le bâton de vert pommier / La fille tombée dans la fontaine / Le coucou et les deux villageois. Emilie Dulieux.
10- Menuet. Boris Riou & Raphaël Jeannin.
11- La campagne de Jacquot / Saint Alexis. Luc Vaillant.
12- La mie qui fait l'amour avec un autre garçon / Lou bouissou faï flouretto / Eh garo lou loup pétchiotto. François Lazarevitch.
13- L'empêchement aux bans. Joanny & Michel Nioulou.
14- Le Pommier miraculeux / Le dix-huit d'octobre je me suis engagé. Nicolas Galléazzi.
15- Le 17 de novembre / Chanson de madame Rivière. Rémi Villeneuve & Louis Jacques.
16- Chanson de madame Rivière. Mic Baudimant.
17- Le frère qui tue sa sœur. Jean-Claude Blanc.
18- C'est dans le bois de Baugy / Bourrée de Barmont / Bourrée de Fontfrin. Sylvain Pinoteau & Amaury Babault.
19- Je m'en vais à la fontaine. Jean-Jacques Smith.
20- La fille biche / La belle Lise / La fille changée en cane. Robert Amyot.
21- Le cadet de noblesse. Philippe Prieur.
22- Le roulier. Emmanuel Paris.

CD 2
1- Les petits maçons. Jean Blanchard.
2- Ik zag Cecilia Komen / L'immaculée conception de la vierge Marie. Laurent Mieze & Patrice Heuguebart.
3- Le grand quadrille de la Guillermie. Jonas Thin.
4- Germain Vaterre. Frédéric & Emmanuel Paris.
5- Un beau soir de dimanche / Bonsoir charmante Isabeau. Dominique Meunier.
6- La bataille de Steinkerque. Ivan Karvaix & Jean-Claude Blanc.
7- Bourrée à Ragot. Mic Baudimant.
8- Rossignolet / Baillez-li. Julien Barbances & Grégory Jolivet.
9- La gracieuse mazurka. Vincent Belin.
10- Bourrée de Saint-Georges / Bourrée à Malthieu. Marion Soulette & Laurence Dupré.
11- Revenez-y toutes. Arnaud Guenzi.
12- Le départ pour la Provence / Nicolas consolé. Julien Cartonnet & Noëllie Nioulou.
13- La blanche biche. Philippe Prieur. 14- Las poumas maduras / La Menteuse / A
dieu, les Filles de Lagraulière / Lemouzis e Auvergnats. Philippe Randonneix, Magalí Urroz & Lisa Randonneix.
15- La boiteuse / Bourrée du flûteux de Marcy. Bernard Jacquemin & Vincent Belin.
16- Hâtez-vous voisine / Voici venir le printemps. Frédéric Paris.
17- Berceuse. Gilles Desserprit & Pascal Desbrosses.
18- La belle sur le navire. Daniel Langlois.
19- Le berger sans cœur / Chanson des Estables. Cécile N'Guyen-Quang & Matthieu Bopp.
20- Chanson de l'ivrogne / Joaneta ont anarem gardar / Jos lo pont d’arcadas. Dominique Meunier.
21- Réveillez-vous belle endormie. Christian Robert & Ivan Karvaix.
22- Le volontaire et les émigrés. Jacques Lanfranchi.
Ref. AEPEM 14/04

Robert Amyot, Amaury Babault, Julien Barbances, Mic Baudimant, Vincent Belin, Bernard Blanc, Jean-Claude Blanc, Jean Blanchard, Matthieu Bopp, Julien Cartonnet, Pascal Desbrosses, Gilles Desserprit, Emilie Dulieux, Nicolas Galléazzi, Arnaud Guenzi, Bernard Jacquemin, Louis Jacques, Raphaël Jeannin, Ivan Karvaix, Jacques Lanfranchi, Daniel Langlois, François Lazarevitch, Fabrice Lenormand, Dominique Meunier, Laurent Mieze, Cécile N'Guyen-Quang, Joanny Nioulou, Emmanuel Paris, Frédéric Paris, Sylvain Pinoteau, Philippe Prieur, Philippe Randonneix, Boris Riou, Christian Robert, Jean-Jacques Smith, Marion Soulette, Jonas Thin, Boris Trouplin, Luc Vaillant, Rémi Villeneuve (cornemuses).

Invités : Laurence Dupré (violon), Patrice Heuguebart (accordéon), Grégory Jolivet (vielle à roue), Michel Nioulou (vielle à roue), Noëllie Nioulou (violoncelle), Pauline Randonneix (chant), Magalí Urroz (chant).

Double CD Digifile, livret 32 pages.
Indications des sources.
Analyse de Jean-François « Maxou » Heintzen.
Traditionnel : Auvergne, Berry, Bourbonnais, Dauphiné, Flandres, Franche Comté, Limousin, Nivernais-Morvan, Savoie, Vivarais (71 titres). Plus un air d'Eglise et un menuet d'E.-Ph. Chédeville (XVIIIe siècle).

Avec le soutien des Brayauds-CDMDT 63, de La Chavannée et des Thiaulins de Lignères.

Durée CD 1 : 71'23 CD 2 : 71'12

«  Dans l’histoire du renouveau des musiques traditionnelles, les grands cornemuses ont toujours eu une place à part. Peu nombreuses au début des années 1980, elles se sont multipliées grâce aux demandes des musiciens et au savoir-faire des luthiers. Gravées ou incrustées, les grandes musettes ont toujours attiré l’oeil par leur taille et la richesse de leurs décorations. Leur son, rond, moelleux, fascine les sonneurs et étonne, par sa douceur, ceux qui les entendent pour la première fois.
Les musettes, jouées ici en solo, duo, parfois accompagnées de vielle, de violon, de flûte, de voix ou d’accordéon, sont toutes, à deux exceptions près, de tonalité plus grave que le sol de la 16 pouces, cornemuse du Centre la plus répandue actuellement.
Ce double album présente des musiciens qui pratiquent les grandes musettes et interprètent un répertoire traditionnel du Centre-France plutôt inédit et adapté à ces instruments. »
Extrait du livret


Revue de presse et témoignages
Formidable et incontournable ouvrage
On trouve des cornemuses dans de nombreuses régions en Europe et plus loin. Mais s'il y a bien un pays dans lequel elle est historiquement présente et particulièrement variée, tant dans sa facture que dans son jeu, c'est bien le nôtre. En Centre-France, les musettes se déclinent à différentes hauteurs, on les nomme par la longueur de leur hautbois mesurée en pouces : 11, 16, 23 pouces... Ce double CD est consacré pour l'essentiel aux cornemuses plus graves que la l6 pouces dont les bourdons sont en sol... D'où le titre. D'une durée avoisinant les deux heures trente, il prend valeur d'anthologie avec ses quarante-quatre titres, tous appartenant au corpus traditionnel. Ils sont interprétés par plus de quarante musiciens parmi les meilleurs praticiens de l'instrument à ce jour. On y retrouvera notamment, et pour n'en citer que quelques-uns parmi les plus connus : Philippe Prieur, Yvan Karvaix, Julien Barbance, Boris Trouplin, Mic Baudimant, F. Paris, Jean Blanchard, Philippe Randonneix, Jean-Jacques Smith... ainsi que Jacques Lantranchi, le concepteur du projet. Pour ce qui est des mélodies, on y trouve quelques classiques, souvent dans des versions différentes des plus connues, et surtout nombre d'airs rarement voire jamais enregistrés. Cela ajoute une « valeur » supplémentaire, si tant est qu'il en ait besoin, à ce formidable et incontournable ouvrage.
François Saddi, Trad Magazine n°158, novembre-décembre 2014

142 minutes de ces sonorités géniales, profondes
“Musiques traditionnelles des grandes cornemuses du Centre France", en un double cd ! Des cornemuses de 17, 18, 20, 23, 24, 26 et même 30 pouces, voire 24 pouces et demi pour une bonne cinquantaine d'airs traditionnels par une flopée de musiciens comme Philippe Prieur, Ivan Karvaix, Julien Barbances, Bernard et Jean-Claude Blanc, François Lazarevitch, Robert Amyot, Emmanuel et Frédéric Paris, Jean Blanchard, Patrice Heughebart, Julien Cartonnet, Philippe Randonneix et toute une série d'autres. Seuls ou en couple, parfois avec une vielle, un violon, une flûte ou un accordéon. Dans un répertoire généralement peu connu, à quelques exceptions près comme “Réveillez-vous belle endormie" ou “Rossignolet". D'où un plaisir immense : 142 minutes de ces sonorités géniales, profondes, avec des nombreuses découvertes tel “L’empêchement aux bans". Certes cela s'adresse aux inconditionnels de la cornemuse, mais l'effort est en tout cas impressionnant.
Marc Bauduin, Le canard folk, décembre 2014.

Toute la fine fleur des caresseurs de 17 pouces et plus
Il faut tout de même que je me décide à vous entretenir de ce double album, que pas mal de vous doivent déjà connaître, à commencer par ceux qui y jouent... Et parmi ceux qui ne l'ont pas sur leurs étagères, un certain nombre a assisté au concert d'ouverture du Son continu cet été (1)... Commençons donc par rappeler qu'il s'agit d'un vieux projet de Jacques Lanfranchi, grand amateur de longs hautbois et bourdons et qu'il me semble bien reconnaître sur la belle pochette (félicitons au passage Frédéric Wojcik pour l'excellente réalisation graphique). Il a su y faire participer quasiment toute la fine fleur des caresseurs de 17 pouces et plus au point qu'il faut déjà chercher pour trouver des absents notoires. A l'inverse on sera surpris d'y trouver un chabrettaire reconverti pour l'occasion ou un berrichon plus connu pour défendre la 13 pouces que les grandes... Tout ce petit monde joue principalement en solo ou duo de musettes ou, plus rarement en duo avec un autre instrument (accordéon, flûte, violon, vielle à roue, violoncelle) et, pour être complet mentionnons un trio avec deux chanteuses... Côté tonalité, voici un album pour ceux qui se plaignent de l'omniprésence de la tonalité de sol : la 18 pouces s'y taille une belle place, en solo ou en duo avec 23 pouces, 24 pouces... La 20 pouces est naturellement au rendez-vous mais le duo avec la 14 pouces jadis en vogue semble oublié aujourd'hui. Par contre son duo avec la fameuse 26 pouces de J.C. Blanc est bien présent sur une plage. Outre le duo avec la 18 pouces déjà cité, la 23 pouces oeuvre naturellement avec la 16 pouces, en solo ou en duo avec une homologue (la 20 pouces aussi est utilisée dans cette formule à armes égales...). Les plus originaux ont recours aux 17 pouces, 24 pouces, 24 pouces et demi, sans oublier la 30 pouces dont Luc Vaillant démontre qu'elle peut être maîtrisée. Réalisation AEPEM oblige, le répertoire puise quasi exclusivement dans le traditionnel Centre-France et si je suis obligé de préciser "quasi" c'est juste à cause de l'emprunt aux collectage d'Edmond de Coussemaker réalisé par Laurent Mieze mais on ne lui en tiendra pas rigueur car cette plage en duo avec l'accordéon de Patrice Heuguebart demeure l'une de mes préférées. L'obligation de jouer des mélodies traditionnelles aurait pu conduire à un album avec une majorité d'airs connus mais si certains n'ont pas craint de donner leur version de standards, d'autres ont pris un malin plaisir à dénicher de nouvelles perles : on n'en attendait pas moins de Frédéric et Emmanuel Paris mais citons également Jonas Thin et son "Grand quadrille de la Guillermie" et il serait trop long de citer tous les autres. Il était à craindre également que trop d'interprètes se plient à la formule si évidente (et efficace) sur ce type d'instrument : mélodie lente enchaînée à un air à danser, mais d'autres formules ont été choisies. Le style des interprétations demeure fidèle à ce qui est considéré comme le style traditionnel de l'instrument : je ne sais pas si cela faisait partie du cahier des charges mais pas d'artifice ici pour "faire actuel". Citons tout de même l'accompagnement de violoncelle de Noëllie Nioulou ou le style personnel de Boris Trouplin. Pour finir saluons le niveau de jeu de tous les protagonistes, la qualité des prises de son et, surtout, le travail des facteurs (cités plage par plage dans le livret, les instruments de Bernard Blanc étant très majoritaires), travail sans qui cette précision de jeu ne serait pas possible. Et même si certains optent désormais pour des hautbois "copies d'ancien" (2), dans ce registre également les luthiers actuels n'y sont pas pour rien... En résumé, d'accord, c'est un album où il n'y a quasiment que de la cornemuse, mais jamais il ne lasse les oreilles.
(1) précisons que tous les participants à cet album n'étaient pas présent à Ars.
(2) et une plage sur hautbois ancien...
Jean-Luc Matte, musette.free.fr, septembre 2014

A superb collection, and an excellent opportunity to hear these magnificent instruments
A monster 2 CD collection of music played on the biggest French bagpipes, with chanters as long as your arm. The title translates as Melodies in the Cellar, or maybe Basement Beats for our American readers. In Scotland we might say Hoots frae yer Boots. Whatever you call it, these pieces are played well below middle C level, in the dark and steamy depths inhabited by serpents and chalumeaux. The drones on these instruments are even lower, some of them rivalling organ pipes with their almost percussive resonances. The music here is from central France, often adapted for these massive musical beasts which do not have the attack or flexibility of their smaller cousins. A typical central French bagpipe might have an effective chanter length of 16 inches, whereas these instruments are typically around 24 inches, and sometimes over 30 inches long. All the details are in the CD booklet - in French only.
Most of Mélodies en Sous Sol is pure piping, one or more pipers with no other musicians. Some tracks also feature voice, violin and other instruments, but the pipes are always to the fore. With almost two and a half hours of music to choose from, I'm just going to mention some highlights. The Menuet played by Boris Riou and Raphael Jeannin is a delightful duet with complex harmonies on two 20-inch chanters with rich low drones. La Campagne de Jaquot is an air played on a monster 30-inch chanter with surprisingly gentle drones, as well as flute accompaniment. The two Auvergne bourrées Lo Bouissou fai Flouretto and Eh Garo lou Loup Pétchiotto are more up tempo, dance music played solo on a 26-inch chanter with a marvellous deep drone. Le 17 de Novembre is a spine-tingling duet by Rémy Villeneuve and Louis Jacques on a pair of 23-inch pipes, a truly ancient and visceral combination. The more modern sound of Rossignolet comes from Julien Barbances and Grégory Jolivet on hautbois and hurdy-gurdy, a Berrichon piece which could have been recorded at any contemporary bal folk. Solos and group harmonies, airs and dance music, all are of a very high standard. Mélodies en Sous Sol is a superb collection, and an excellent opportunity to hear these magnificent instruments.
Alex Monaghan, www.folkworld.eu, janvier 2015