RETOUR AU CATALOGUE

Los Cinc Jaus

Los Cinc Jaus
Vara Vau
Musique traditionnelle du Velay

CD Digipack. Livret 36 pages.

15,00
Liste des plages
1. L’aigo de ròsa (scottish, Velay)
2. La desgaubiada / La retira (chanson / bourrée à 2 temps)
3. Le grenadier (chanson)
4. Teisson tira l’estèva (polka)
5. La bergeira e lo monsur / Ount anarem dgitar (chanson / bourrée à 3 temps)
6. La sœur d’Araules (chanson)
7. Garçons de mon village (chanson)
8. Elh chamin delh prat boisson (mazurka)
9. Vara vau (bourrée à 3 temps)
10. En revenant de la foire de Montfaucon (chanson)
11. Pilier de cabaret (chanson)
12. Le dimanche en me promenant (valse)
13. Joan-Glhauda / Lo cocut / Ieu me vau pas (bourrées 3 temps)
14. Quand lo merle sauta elh prat (polka)
15. Quand es qu’èro petiòta (chanson, Velay)
Ref. AEPEM 17/01

Antonin DUVAL (Violon, chant, pieds),
Arnaud BIBONNE (Cabrette, chant, pied),
Lucien PILLOT (Vielle à roue, chant),
Florent PAULET (Accordéon diatonique, chant)

Co-production Association Ratapenada

CD Digipack. Livret 36 pages.
Indication des sources et des paroles des chansons (parler vellave et traduction).
Tous titres traditionnels : Velay (18 titres), Vivarais (2 titres). 

Durée 54'45

Enfin du Velay ! A l’AEPEM, nous sommes toujours heureux d’explorer un nouveau pays : ici le Velay, la partie la plus septentrionale – avec le Vivarais – de l’ancienne province du Languedoc, apparentée ethnographiquement à l’Auvergne. Los Cinc Jaus – qui comme les 3 mousquetaires sont 4 – se sont attelés à cette exploration, qui est en fait une histoire de famille. Pour Florent Paulet, en tout cas, qui nous fait découvrir le riche répertoire, airs à danser et chansons, en Oc ou en Français, collecté dans les années 1970 par l’association Ratapenada, avec entre autres Michel Paulet. Et parmi les informateurs – tous cités – on peut trouver une certaine Anna Paulet, d’Yssingeaux (la ville aux cinq coqs, laus cinc jaus). Cet héritage, Florent le fait très heureusement (et très joyeusement) fructifier dans ce qui ressemble à une autre histoire de famille pour qui connaît nos productions, avec Lucien Pillot (Face à Phasmes), Arnaud Bibonne (Duo Bibonne-Raibaud) et Antonin Duval (Gargamas). Tous les quatre savent se mettre au service d’un répertoire traditionnel, en alliant rigueur, cadence et une certaine innovation, par exemple dans leurs polyphonies à la fois fines, variées et entraînantes.
Bienvenue !

AEPEM

 


Revue de presse et témoignages

Une affiche qui laisse attendre un bel album


Arnaud Bibonne était connu comme un excellent bohaire (lauréat du concours de St-Chartier), mais c'est en cabrettaire que nous le retrouvons au sein de ce quartet. Si son jeu respecte bien les codes particuliers de cet instrument (1), un petit quelque chose, dans le son général du groupe (et de l'association avec la vielle en particulier), rappelle parfois la sonorité de la boha pourtant tout à fait différente. Ce qui m'amène à préciser que contrairement à d'autres albums actuels (du même label notamment) qui privilégient un mixage très différencié, celui-ci semble rechercher bien davantage le son de groupe, une cohésion forte de la cabrette, la vielle de Lucien Pillot (le vielleux de Face à Phasmes), le diato de Florent Paulet et le violon d'Antonin Duval (le violoniste du duo Gargamas). Une affiche qui laisse attendre un bel album instrumental mais la surprise vient des parties chantées qui l'emportent à mon avis sur les instrumentaux. L'une des voix a plus de potentiel que les autres mais toutes sont capables d'assumer le premier plan, dans des registres un peu différents. D'ailleurs ces plages chantées le sont parfois entièrement a capella ou, sinon, juste sur une ligne mélodique, voire un bourdon, histoire de démontrer que la meilleure mise en valeur des voix réside souvent dans la simplicité (au moins apparente) de l'accompagnement.
Le répertoire est entièrement auvergnat et même plus précisément du Velay et Vivarais (le livret en précise naturellement les sources) mais permet de constater à nouveau la grande diversité du corpus de cette région avec des plages très occitanes d'une part et des chansons francophones qui pourraient très bien avoir été collectées bien plus au nord d'autre part. Et l'interprétation du groupe renforce ce sentiment avec des plages qui ne dépareraient pas dans un album du sud-ouest et d'autres qui m'ont fait penser à l'énergie de certains chanteurs vendéens... Mais rassurez-vous il y a également des bourrées dont l'origine ne fait aucune doute !

(1) rappelons que la cabrette est la cornemuse française traditionnelle dont le style de jeu est le plus élaboré et le mieux défini, notamment dans sa version " parisienne "

Jean-Luc Matte, http://musette.free.fr/infos.htm, septembre 2017

 

De belles polyphonies


Nous voici dans le Velay, partie Nord du Languedoc apparentée ethnographiquement à l'Auvergne. Ce n'est donc pas un hasard si l'on trouve une bourrée avec le nom local « Ount anarem dgitar », mélodiquement identique à la version auvergnate. Cependant, à côté des bourrées, valses et mazurkas, ce qui fait l'attrait de cet album ce sont les chansons (souvent consacrées à L'amour), avec de belles polyphonies qui peuvent être originales, comme dans le très évolutif « Le grenadier ». Antonin Duval (violon, chant, pieds), Arnaud Bibonne (cabrette, chant, pieds), Lucien Pillot (vielle à roue, chant) et Florent Paulet (accordéon diatonique, chant) mènent leur affaire en vrais pros.


Marc Bauduin, Le canard folk, octobre 2017