RETOUR AU CATALOGUE

Le Lilas Blanc

Michel Esbelin, Tiennet Simonnin.
Mélodies des Bals Musette de la Belle Epoque

Double CD Digipack, livret 32 pages.

20,00
Liste des plages

CD 1 Duo Esbelin / Simonnin & invités
1. La chanson des blés d’or
2. Le lilas blanc
3. La valse des ombres
4. Amoureuse balade
5. Valse bleue
6. Maman la violette
7. La petite bonne femme
8. Les bœufs
9. Laisse-moi pleurer
10. Ma Miette
11. Sous les ponts de Paris
12. Ah ! C’qu’on s’aimait
13. Le gondolier de Venise
14. Mariette / Le petit panier
15. La Paimpolaise
16. À Batignolles-Clichy


CD 2 Enregistrements historiques 1902-1913
1. Les bœufs, par Paul Payan
2. La chanson des blés d'or, par Melgaty
3. La Paimpolaise, par Théodore Botrel et Mme Botrel
4. Pourquoi ne pas m'aimer, par Paulette Darty
5. Le petit panier, par Félix Mayol
6. Laisse-moi pleurer, par Karl Ditan
7. Ma Miette, par Marc Darbon & Lisette Nodart
8. La petite bonne femme, par Karl Dita
9. Mariette, par Alcide Terneuse
10. La valse des ombres, par Resca
11. Amoureuse balade, par Marjal
12. Sous les ponts de Paris, par Georgel
13. Ah ! C'qu'on s'aimait, par Harry Fragson


Ref. AEPEM 19/02

CD1 :
Tiennet SIMONNIN
: accordéon chromatique
Michel ESBELIN : cabrette, violon, pieds, grelots
Invités :
Catherine GAUDUCHON : piano (pistes 5 & 13)
Sophie GAMBLIN : chant (pistes 6 & 16)
Antoine LECLERCQ : banjo ténor (pistes 3 & 16)
Christian MAGE : chant (piste 2)
Olivier SULPICE : banjo ténor (pistes 7 & 11)
Reinoud van MECHELEN : chant (piste 13)

CD2 : enregistrements historiques
Paul Payan, Melgaty, Théodore et Mme Botrel, Paulette Darty, Félix Mayol, Karl Ditan, Marc Darbon et Lisette Nodart Alcide Terneuse, Resca, Marjal, Georgel, Harry Fragson (chant).

Double CD Digipack, livret 32 pages, indication des sources, analyse historique et musicale.
Les paroles des chansons seront bientôt disponibles.


Durée CD 1 : 55'09   CD 2 : 39'58

La belle époque des Auvergnats de Paris

Le café-concert fut l’un des divertissements les plus populaires chez les Parisiens de la Belle Époque. Les Auvergnats de Paris ne faisaient pas exception : les musiciens des bals musette antérieurs à 1914 intégraient volontiers des versions instrumentales de ces « chansonnettes » à leur répertoire de bal. Certaines de ces mélodies de café-concert dépassent le cadre parisien et se retrouvent dans le répertoire des musiciens de tradition du Massif central. À plus d’un titre, les chansonnettes du caf’ conc’ préfigurent l’esthétique du genre musette développée par les accordéonistes parisiens de l’entre-deux-guerres.

Avec « Le Lilas Blanc », Michel Esbelin et Tiennet Simonnin proposent un album entièrement consacré à ce répertoire de café-concert tel qu’il était joué dans les bals musette de la Belle Époque. Un deuxième disque permet de découvrir les versions originales chantées, enregistrées entre 1902 et 1913.

 


Revue de presse et témoignages
Indispensable !
Quelle que soit la configuration dans laquelle intervient Michel Esbelin (cabrette, violon, pieds), ici en duo avec l’accordéoniste chromatique Tiennet Simonnin, la qualité musicale est toujours au rendez-vous. Quand de surcroît l’ouvrage est produit par ce petit label ultra exigeant qu’est l’Aepem, pas le moindre doute, ce ne peut être que du bel et du bon !

Pour le 1er volet de ce double album consacré au répertoire de café-concert d’avant la grande guerre, les 2 musiciens sont entourés de quelques invités, chacun intervenant sur 1 ou 2 titres parmi les 16 que comporte le disque, soit : Catherine Gauduchon (piano), Sophie Gamblin (chant), Antoine Leclerc (banjo ténor), Olivier Sulpice (banjo ténor), Christian Mage (chant) et Reinoud van Mechelen (chant).

Le second volet quant à lui est constitué d’enregistrements des mêmes titres et réalisés entre 1902 et 1913.
On voit immédiatement tout l’intérêt de la chose. Que n’ai-je 2 lecteurs CD raccordés à mon ampli afin de pouvoir passer alternativement du premier Cd au second afin d’écouter les 2 versions, d’un siècle séparées, de chacune des chanson !

Qu’à cela ne tienne, jonglons donc un peu : Les 13 enregistrements historiques du second volume sont pour la plupart, dans le premier CD, épurés de leur rubato, joués souvent un peu plus vite et à une cadence régulière de façon à rendre possible la danse, généralement la valse. La cabrette et l’accordéon se relaient ou s’unissent pour tracer la mélodie. Citons à ce propos la très belle introduction à rythme libre jouée à la cabrette pour "Les boeufs" et l’interprétation de la "Valse bleue" au piano dans un style très impressionniste, magnifique ! Certains de ces enregistrements d’époque sont de petits et savoureux bijoux, comme "La Paimpolaise" de Théodore Botrel chantée par lui-même et Mme Botrel, "La petite bonne femme" chantée par Karl Ditan ou "Ma miette" chantée par Marc Darbon et Lisette Nodart.

Citons quelques autres titres de ce double opus. Tout d’abord des mélodies à danser comme ″La chanson des blés d’or″, ″la valse bleue″ ou ″La petite bonne femme″. Ensuite des chansons qui, en dehors de la danse, abordent des thématiques souvent liées à l’actualité de l’époque : ″Le petit panier″ (l’affaire Dreyfus), "L’amoureuse balade" (le vol de la Joconde), ″Laisse-moi pleurer″ (les inondations de 1910) ou ″La valse des ombres″ (la guerre). On y retrouvera enfin quelques chansons bien connues comme ″Sous les ponts de Paris″, ″La Paimpolaise″, ″Mariette″ ou ″A Batignolles-Clichy″ et enfin une rareté inédite dans sa version chantée, ″Maman la violette″.

C’est donc un passionnant et superbe double CD, doté en plus d’un épais livret de 32 pages très soigneusement documenté.
Indispensable !
François SADDI, chronique parue sur cinq planètes

La page de Tiennet Simonnin